· 

La forêt française, atouts et faiblesses

Construire un bouclier contre le changement climatique

La répartition des peuplements de la forêt française.
Les peuplements de la forêt française. ©IGN2020

Quels sont les atouts et les faiblesses de la forêt française ?

 

Si nous avons sans doute tous à l’esprit que la forêt en France est en développement ces dernières décennies, qu’elle est variée et regroupe de nombreuses essences, est-elle pour autant bien armée pour nous permettre d'affronter les défis du changement climatique ?

 

C’est ce que nous essayons d’analyser dans cet article. 


Pourquoi s'intéresser aux massifs forestiers en France ?

Les bénéfices des forêts sont de mieux en mieux perçus par chacun d’entre nous. Mais, souvent, dans le bouleversement climatique que nous vivons, nous limitons leur rôle à la capacité des arbres à absorber du gaz carbonique (CO2), un des principaux gaz à effet de serre. Mais la force des forêts pour combattre les effets du changement climatique va bien au-delà. Nous l’avons présenté en détails sur la page relative à l’importance des forêts. Nous pouvons le synthétiser comme suit :

  • Le cycle de développement des arbres absorbe du gaz carbonique et aide à limiter la croissance des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Cet effet ne vaut que lorsque l’arbre est vivant. S’il est coupé, le CO2 reste stocké tant que la matière bois n’est pas brulée ou ne se décompose pas, même naturellement.
  • Les forêts aident à maintenir les écosystèmes et la variété biologique. Plus on les laisse à l’état naturel, plus cette biodiversité sera importante, qu'elle soit animale ou végétale.
  • Les forêts contribuent à constituer ou reconstituer les sols. Si, en France, nous pouvons disposer de sols fertiles pour notre agriculture, c’est parce que les ancêtres de la forêt française les ont constitués, et ce pendant des millénaires.
  • Les sols sont stabilisés par racines des arbres des bois et forêts. Cette caractéristique sera de plus en plus importante dans un climat qui se dérègle, avec des précipitations qui peuvent devenir très intenses et provoquer des glissements de terrains.  Dans l’année qui a précédé la rédaction de cet article, des phénomènes de ce type d’une ampleur inhabituelle se sont produits notamment en Allemagne, en Australie ou encore en Afrique sur Sud.
  • Dans cette même logique, il faut comprendre qu’un couvert forestier facilite l’absorption des eaux de pluie par les sols. Cette eau peut donc être stockée plus facilement, ne ruisselle pas et s’évapore moins facilement, du moins indirectement en passant par les arbres.
  • Les massifs forestiers, notamment lorsqu’ils sont très étendus, contribuent à favoriser les régimes de pluies. Dans une perspective d’augmentation de la fréquence et de l’intensité des sécheresses, la forêt française peut devenir un atténuateur de ces  évènements et préserver les possibilités agricoles dans notre pays. C’est une thématique largement développée par la Terre du Futur.
  • Les forêts produisent le matériau bois, que l'on peut employer comme ressource durable, qui stocke le carbone, pour construire des maisons, des charpentes, des meubles...
  • Enfin, et ce n’est pas le moindre des avantages, les forêts font du bien aux êtres humains. Contact avec la nature, atmosphère apaisante, ambiance moins chaude en été, ombrages, parfums, les sous-bois sont des destinations de promenades appréciées pour toutes et tous.

Comment décrire nos forêts ?

Les travaux de l'IGN en France

Une bonne façon pour découvrir les principales caractéristiques de la forêt française est de consulter la synthèse annuelle de l’Inventaire Forestier Annuel compilé et publié par l’IGN sous le titre « Le Mémento Inventaire Forestier ».

 

Ce guide est téléchargeable gratuitement sur le site de l’IGN, et nous le mettons également à disposition ci-dessous.

 

Pour résumer les principales caractéristiques de la forêt française on peut dire :

  • Que la forêt recouvre 31% du territoire métropolitain, soit 17 millions d’hectares. A ces surfaces il faut ajouter celles des forêts d’Outre-Mer, qui représentent plus de 8,2 millions d’hectares, dont 8 millions pour le seul département de la Guyane. C’est l’occupation des sols la plus importante après l’agriculture.
  • Qu’elle est composée aux deux tiers de feuillus, et d’un tiers de conifères. Elle abrite près de 200 espèces différentes d'arbres.
  • Que les forêts publiques représentent 25% de l’ensemble. Le reste étant possédé par des propriétaires privés.
  • Qu’elle est en croissance continue depuis plus de 100 ans : entre 1908 et 2020, les surfaces forestières ont augmenté en métropole de 7 millions d’hectares. Cette croissance se poursuit encore, à un rythme de 80000 hectares par an. 

Quelques graphiques pour mieux comprendre la forêt française

La croissance des massifs forestiers en France métropolitaine depuis 1908.
Croissance des massifs forestiers © IGN2020
Taux de boisement en France.
Le taux de boisement © IGN2020

Volumes de bois sur pied par essence dans la forêt française.
Volumes de bois sur pied par essence © IGN2020
Part des parcelles possédées par des propriétaires privés.
Part de la forêt privée © IGN2020

Le mémento inventaire forestier IGN 2020

Télécharger
Le mémento inventaire forestier IGN 2020
Memento forestier 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 11.3 MB

Quelle différence entre bois et forêt ?

Les définitions de bois et forêt ont été formalisées par :

  • l'IGN, dans le mémento sur l'Inventaire Forestier (document téléchargeable supra);
  • par la Terre du Futur, pour caractériser les surfaces des projets de reboisement.   

Les atouts et faiblesses des espaces forestiers en France

Les atouts

On l'a vu plus haut, la forêt française présente de nombreux atouts. On peut par exemple retenir :

  • la variété des espèces : près de 200 espèces d'arbres ont été répertoriés dans nos massifs forestiers;
  • la forêt française une des plus importantes d'Europe;
  • la forêt en France est en développement, que ce soit par les surfaces couvertes et par les volume de bois vivant sur pied;
  • il existe des forêst protégées, au sein de parcs naturels;
  • la forêt est surveillée, notamment par l'IGN, qui suit de près son évolution, que ce soit dans les espaces publics ou privés;
  • elle fait l'objet d'études et de programmes de recherche, comme par exemple par l'ONF et l'INRIA.

Les faiblesses

Il faut aussi avoir conscience des faiblesses de la forêt française. On pourra ainsi mieux les protéger à l'avenir, notamment face à la violence du choc que représente le changement climatique. Les principaux risques qui pèsent sur nos forêts sont :

  • tout d'abord un manque de grande politique pour la forêt en France. Alors qu'elle peut constituer un atout face au changement climatique, la forêt était quasiment absente des conclusions de la "Convention pour le Climat" en 2019;  
  • l'idée peut être répandue en France que puisque la forêt est en expansion, alors tout va bien;
  • il n'y a pas de forêt primaire en France (forêts anciennes n'ayant pas été exploitées par l'Homme);
  • la forêt française n'est pas également répartie. L'ouest du pays est moins bien pourvu en couvert forestier que l'est. Ce n'est pas favorable pour le cycle de l'eau. 
  • un grand morcellement des parcelles de la forêt privée. Souvent de petites tailles, peu gérées, ces parcelles ne sont pas entretenues, peuvent être difficiles d'accès en cas d'incendie. En outre elles ne permettent pas de mener des politiques d'ensemble à grande échelle; 
  • une gestion privée parfois très court termiste pour produire du bois, à partir de monocultures. Elle peut aboutir à des coupes rases sur de grandes surfaces.
  • une gestion très monétaire, avec de l'exportation vers des pays lointains de belles espèces de bois;     
  • une forêt publique dont la gestion devient de plus en plus commerciale, avec des moyens en diminution constante pour l'ONF; 
  • une forêt vulnérable aux chocs du changement climatique : sécheresses de plus en plus fortes et de plus en plus fréquentes, risques d'incendies, maladies...

Quelles conclusions en tirer ?

On le voit, la forêt française offre un bon point de départ pour mener une politique d'ampleur en faveur de sa préservation et de son développement. Les politiques publiques devraient :

  • promouvoir des programmes de reboisement de grande ampleur, comme ceux que préconise la Terre du Futur; il faut bien avoir à l'esprit la fragilité du cycle de l'eau que les forêts peuvent nous aider à préserver. 
  • réglementer la  production de bois, afin de limiter les coupes rases et surtout les exportations de bois dans les pays lointains : la production doit servir les marchés locaux de préferrence;
  • développer les forêts publiques et donner les moyens nécessaires à l'ONF pour les gérer;
  • favoriser les plantations en polyculture, tant sur les domaines privés que publics;   
  • anticiper les effets du changement climatique : identifier et favoriser les plantations d'espèces résistantes aux sécheresses, et organiser la prévention et la lutte contre les incendies dans toutes les forêts, mêmes les plus septentrionales.
  • au delà, de tous ces points, dans les programmes de reforestation, encourager les projets de développement de forêts primaires.   
Le déséquilibre de la forêt française, entre l'ouest et l'est de la France.

Dans ces projets, la Terre du Futur souhaite promouvoir l'implantation de grands massifs forestiers dans l'ouest de la France.

 

Cette partie du territoire, comme le montre la carte ci contre, est moins bien pourvue en grandes forêts que la partie est. Le cycle de l'eau est alors défavorisé dans sa circulation ouest - est.  


Cet article sur la forêt française a été rédigé par Frédéric Durdux