Reboiser et lutter contre le réchauffement

L'ambition de la Terre du Futur pour reboiser

La Terre du Futur conduit des projets et rassemble des citoyens pour reboiser.

Reboiser consiste à changer durablement l’usage des sols pour y installer une ou plusieurs forêts.

 

C’est un acte essentiel pour protéger la biodiversité et lutter contre le réchauffement climatique. La croissance des arbres permet de stocker du gaz carbonique (CO2), un des principaux gaz à effet de serre. Accroître les surfaces de forêts contribue donc à limiter les gaz à effet de serre contenus dans l’atmosphère.

 

Reboiser favorise aussi le cycle de l'eau, ce qui atténuera la sévérité croissante des sécheresses à venir. 

 

La Terre du Futur entend contribuer à reboiser, en menant à bien des projets concrets. 


Comprendre l'importance du reboisement

Le stockage du CO2 n’est pas le seul avantage du reboisement. Reboiser permet aussi de protéger la biodiversité végétale et animale à tous les étages du couvert forestier. La forêt apporte aussi des ressources en bois à l’humanité, qui peuvent se substituer à d’autres matériaux dont la fabrication nécessiterait d’émettre du CO2. Reboiser permet de constituer des ressources de construction renouvelables pour les générations à venir.

 

Enfin, il y un autre avantage climatique à reboiser. En circulant sur les forêts, les masses d’air se rechargent en humidité, et favorisent la pluviométrie sur les zones vers lesquelles elles se déplacent. Reboiser favorise le cycle de l'eau et atténue les effets de sécheresse, phénomène appelé à se développer avec le réchauffement climatique.

 

Une étude menée par le département météorologique anglais permet de comprendre l'importance du reboisement et de la forêt sur le climat. Ce rôle de la forêt sur le climat varie suivant la localisation, et d'autres phénomènes tels que les caractéristiques des régions qui entourent la forêt. Les interactions sont complexes, mais en général favorables pour atténuer les effets du réchauffement climatique de la terre future.


La France n'a pas de politique de reforestation

Sans même parler de politique formelle de reboisement, la France n’a pas entamé de réflexion globale sur l’usage de ses sols, comme ont pu le faire par exemple nos voisins britanniques.

 

Le Royaume uni s’est doté depuis 2008 d’un comité sur le climat qui fournit régulièrement des rapports et des préconisations pour lutter contre le réchauffement climatique. Ce comité a publié en janvier 2020 des recommandations précises sur les évolutions à mettre en œuvre sur l’usage des sols, préconisant notamment d’augmenter significativement le couvert forestier du Royaume.   

Même si la France dispose d’un des plus importants couverts forestiers d’Europe, et que celui-ci a progressé depuis les cent cinquante dernières années, l’augmenter encore significativement n’a rien d’impossible. Zones en friches, et surtout surfaces agricoles à reconvertir sont des sérieuses candidates au reboisement. Le réchauffement climatique favorise également la croissance des végétaux en altitude, dans les zones de montagne.

 

C’est ce vide d’ambition de l’État en France que la Terre du Futur entend contribuer à combler, en lançant et menant à bien des actions de reboisement. 


L'approche de la Terre du Futur

Le projet de la Terre du Futur pour reboiser est articulé autour des principes suivants :

  • Fonctionnement de type associatif, rassemblant des passionnés de la forêt;
  • Association évoluant vers une fondation pour reboiser ;
  • L’association achètera les terrains pour les reboiser de façon pérenne;
  • Deux types de projets de reboisement seront conduits :
    • Des projets locaux, animés et suivis par des équipes bénévoles locales réparties sur tout le territoire ;
    • Un projet d’envergure nationale, visant à créer des couverts forestier massifs dans l’Ouest du pays. 
  • La Terre du Futur conduira des actions de sensibilisation du public sur l'importance du reboisement.

L'exemple de l'Islande

L'Islande s'est mise à reboiser son territoire.

L'Islande est un pays dont la couverture forestière est très faible. La faute en revenant non pas à un climat nordique, mais à la déforestation massive que lui ont fait subir les premières générations de colons vikings... Et de pratiques pastorales qui ont empêché ultérieurement toute reforestation.  

 

Cependant, depuis plusieurs décennies, le gouvernement Islandais a entrepris de reboiser le pays, en lançant de nombreux projets qui avancent bien. 


Boiser ou reboiser?

Boiser et reboiser n'ont pas tout à fait la même signification. Reboiser, selon le protocole de Kyoto, consiste à planter des arbres sur une surface qui a un passé forestier récent, de moins de 50 ans. C'est en général ce qu'il se produit lorsque l'on repeuple un sol après une coupe rase. Boiser consiste à modifier l'affectation d'un sol qui n'a pas été une forêt depuis très longtemps, c'est à dire plusieurs décennies. Les sols primaires, avant toute intervention humaine, étaient couverts de forêts. la déforestation en Europe a commencé avec l'apparition des premières civilisations agraires il y a près de 8000 ans.

 

En ce sens , boiser en reconstituant une forêt, c'est aussi reboiser.